l\'indigné

Andre Gorz , philosophe, spécialisé sur les questions du travail

 

Source : Andre Gorz , philosophe, spécialisé sur les questions du travail

 

 En introduction :

 

Karl Marx, Semer des dragons ! Baisse tendancielle du taux de profit :. (...) . À terme donc, le capitalisme croule sous le poids de ses contradictions, c'est l'état de crise permanent, qui ne peut être évité que temporairement par l'expansion économique à des marchés vierges, ou par l'emballement de la croissance technologique. :, l, (... ) dans l'ouvrage Les Théories de la plus-value  continue a résonner a mes oreilles, surtout après les dernières nouvelles que j'ai pu lire Crise financière et compétitivité dans les pays d'Asie


 
 
La mise à mort du travail - France Inter



  


 
La Mise à mort du travail: Carglass perd son procès
 
 

France 3 La mise à mort du travail Partie 1 ( 103 min)
 
 


 
Andre Gorz :
Documentaire réalisé  en 1990 par Marian Handwerker
Entretien avec ce philosophe, spécialisé sur les questions du travail  Un film documentaire de Marian Handewerkel é1990 - Belgique - 28 minutes - production :
Philosophe, autodictacte, d'origine autrichienne, né a Vienne en 1923, proche de Jean-Paul Sartre, André Gorz est un des grands penseurs de la critique de la critique sociale du XX siècle. André Gorz a choisi de nous quittez en 2007, en compagnie de sa femme Dorine, juste avant que n'explose la " crise économique". " Crise" qu'il avait décrite de façon prémonitoire dans un de ses derniers textes " La sortie du capitalisme a commencé"( PDF]  André Gorz – La sortie du capitalisme a déjà commencé
. Il est l'un des principaux penseurs de l'écologie politique. Souvent perçu par les écologistes comme un marxiste et comme un écologiste par les marxistes, sa pensée radicale nous pousse a nous interroger sur notre société productiviste.
 
Andre Gorz" film by Marian Handwerker. part 1
 
 

 
 

Andre Gorz
 
 

 
 
 
Métamorphoses du travail : Critique de la raison économique [Poche] , ( google)
 

 
 
 
Le traître suivi de Le vieillissement [Poche]
 

 

Andre Gorz

 Travailler moins pour lire plus
 
 
 
Quand l'eau influence la géopolitique
Vous n'aurez pas besoin de faire un gros effort pour vous en souvenir : le Printemps arabe, c'était il y a un peu plus d'un an seulement. Ce qui allait ébranler toute une région démarrait avec le geste désespéré d'un simple vendeur de primeurs, la hausse des prix l'ayant conduit à tenter de vendre ses produits à la sauvette, donc illégalement, ce qui provoqua les foudres de la police locale.
 
Pourquoi donc cette hausse des prix ? Comme toujours, il y a plusieurs causes à un événement. Mais l'on peut déterminer que le manque d'eau, la sécheresse ont ruiné bien des acteurs de la chaîne agro-alimentaire et pas seulement en Tunisie – également en Syrie ou au Yémen. Et nous n'avons encore rien vu, à tel point que certains se demandent si l'eau n'est pas un meilleur investissement que le pétrole, pour le long terme.
Pour le long terme en effet, car la prise de conscience et les changements à la fois psychologique, politique et économique sont lents malgré l'urgence. En attendant, la consommation d'eau augmente et les chiffres sont terrifiants : par exemple, il faut1 000 litrespour obtenir un kilo d'oranges, 5  000 litres pour produire un kilo de riz, un bovin consomme environ400 000 litresd'eau dans sa vie entière !
 
Eau polluée = eau disponible en moins

 
Nous produisons, nous consommons... et nous rejetons  (....) .  
C'est à l'heure actuelle un défi permanent, (...). Baptisé Great Pacific Garbage Patch, il est toujours là, et il en existe même un petit dans l'Atlantique Nord.
 
L'environnement une préoccupation devenue prioritaire ?

Rendu nécessaire pour notre vie quotidienne – et obligatoire peu à peu par les directives et les lois, notamment la Convention de Bâle de 1986 – le traitement des déchets s'apparente à la fois à la gestion de l'environnement et aux problématiques de développement durable.
 
La protection de l'environnement aux USA est régie par un certain nombre de règlements, dont le principal, pour les produits toxiques, est le RCRA (Resource Conservation and Recovery Act) datant de la fin des années 70. C'est l'époque où les mouvements écologistes commencent à faire entendre fortement leur voix et où la préoccupation pour l'environnement se traduit dans les lois pour la première fois. C'est ce qui donnera l'idée à Alan McKim, si ce n'est de fonder sa société, en tout cas de lui donner l'orientation qu'elle a pris. Le RCRA décrit ce que doit être la vie d'une large gamme de produits dangereux ou de futurs déchets solides "du berceau au tombeau".
 
Il y a donc des lois, des règlements, un peu partout dans le monde. Les pays avancés ont commencé à prendre des dispositions concrètes depuis quelques décennies, tandis que les pays émergents en sont encore à la prise de conscience, ce qui n'est pas si mal après tout, même si cela reste choquant : j'ai le souvenir du train touristique descendant de l'Altiplano vers Cuzco au Pérou et se frayant un chemin parmi les détritus abandonnés. Ou pire, en Inde, avec des malheureux vivants au milieu des immondices.

 
Est-ce nécessaire ? Quoi qu'il en soit, c'est bien beau d'avoir un arsenal juridique et réglementaire, encore faut-il le faire respecter et avoir des professionnels pour les appliquer et les mettre en oeuvre.


Ce point de vue est profondément erroné car il existe bel et bien une baisse tendancielle du taux de profit inhérente au capitalisme. Dit autrement, et si rien n'est fait, le système capitaliste se consume et voit son taux de profit diminuer inexorablement. Face à cette tendance, Marx souligne qu'il existe des contre-tendances. Il n'y a donc rien de contradictoire à parler d'une baisse tendancielle du taux de profit et de reconnaître avec Nicholas Kaldor que ce taux est resté stable sur deux décennies. Car s'il est resté stable, ce n'est qu'au prix de devoir injecter régulièrement dans le système, lors de crises, des contres-tendances qui lui redonnent du souffle.

Citons quelques contres-tendances :
une économie de guerre ;une expansion des marchés (impérialisme et colonialisme) ;
accentuée par la chute du système stalinien (maoïste...) lors de la guerre froide l'innovation technologique ;
le marketing consumériste inventé par Edward Burnays 

Andre Gorz , ]Bankia a besoin de 10 milliards d'euros d'aide publique



23/05/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres